dimanche 20 novembre 2016

Solutions intimes

Certaines périodes de ma vie parfois me poussent à écrire sur des sujets délicats. Âmes sensibles (& masculines) : s'abstenir !

Il faut que je vous parle de ces quelques jours qui ont la fâcheuse tendance à revenir dans nos vies, environ tout les mois, depuis l'adolescence et jusqu'à... trop longtemps !

Comme je sais que vous n'osez pas poser de questions sur ce sujet à votre tatie, à votre voisine, à vos copines... parce qu'elles risqueraient de vous trouver trop bizarre (!), j'ai décidé de vous proposer directement quelques réponses.

Parce que vous êtes peut-être un peu inquiètes :

Soit parce que vous avez entendu parler du syndrome du choc toxique (SCT), qui peut être fatal !, et dont l'augmentation ces dernières années a été relié à l'utilisation de tampons hygiéniques, surtout les "super absorbants" dont la composition reste totalement mystérieuse.

Soit parce que vous avez été contrariées par la "taxe tampon", autrement dit, le fait que la TVA appliquée aux protections hygiéniques féminines soit de 20 % et non de 5,5 % comme pour les produits de première nécessité, tel que... la truffe & le fois gras !
Et que ça vous énerve de dépenser de l'argent pour un truc que vous allez mettre à la poubelle chaque mois.

En ce qui me concerne, l'histoire a commencé pendant la grossesse de ma grande Mademoiselle, et c'est encore pour elle, entre autre, que je me pose des questions aujourd'hui.
Voilà déjà 10 ans que j'ai commencé cette conversation avec un "ami" qui m'a changé la vie, 10 ans que je glande sur internet... en découvrant des infos.

Je ne vous refais pas tout le début de l'histoire : c'est ici et . Mais je vais vous raconter la suite du 'J'ai testé pour vous".
Ça fait déjà longtemps que je ne supportais plus ni les serviettes, ni les tampons, mais comme je n'avais pas trop le choix, j'alternais, en comptant les jours.
Alors, après avoir testé les couches lavables pour mes bébés, j'ai rapidement décidé d'essayer les protections lavables Lunapads. Comme j'étais à la recherche de produits les moins toxiques possibles, je n'avais acheté que les modèles en coton bio, donc couleur "naturel", pas super glamour. Maintenant le site propose bio & jolies couleurs.

Le contact est nettement plus doux et agréable, à mon goût, que le plastique des protections jetables, et l'épaisseur est raisonnable, mais on reste quand même un peu avec l'impression de porter la couche de grand-mère.

En revanche, ce que j'adore chez Lunapads, et que je n'ai pas trouvé ailleurs pour l'instant, ce sont leur "culottes antifuites", ça ne remplace pas une protection mais ça complète parfaitement et c'est super confortable. Elles sont un peu chères mais en ne les mettant qu'une fois par mois, elles devraient survivre plusieurs années (ou alors, trouvez une bonne couturière qui vous bricole ça).

Ensuite, j'ai entendu parlé de la Mooncup, ou coupe menstruelle, normalement en silicone de qualité médicale. Il en existe maintenant de pleins de marques et couleurs différentes. Le site coupemenstruelle.net vous aidera à faire votre choix si vous êtes intéressée.

Cette solution, souvent présentée comme miraculeuse,  n'est pas toujours aussi facile à dompter que le dit le mode d'emploi.



J'ai été un peu, beaucoup, déçue au départ : problèmes de fuites, de confort...
J'ai fini par réessayer, et par l'adopter, après avoir totalement coupé la tige et avoir trouvé comment la positionner. Cette étape-là non plus ne correspond pas forcément au mode d'emploi, il faut arriver à trouver ce qui vous convient.

L'ensemble Mooncup & culottes Lunapads me convenait donc assez bien. Mais Mademoiselle Z. grandit et nous nous posons des questions toutes les deux sur cette adolescence à venir. Je me disais que pour une jeune ado, utiliser ce truc, relativement volumineux, pas forcément facile à manier, risquait de ne pas être évident au départ !

Et alors, j'ai aperçu une nouvelle solution (toujours plus bizarre !) en faisant mes courses à Biocoop.
Quand je vous dit que personne n'ose poser de questions : même la vendeuse, qui aurait dû être capable de me renseigner, m'a demandé si je connaissais le produit.
Ce produit bizarre, ce sont les éponges menstruelles. Oui, ce sont de vraies éponges de mer. Alors si déjà, là, ça vous bloque... allez vite prendre l'air avant de tourner de l'oeil !

Alors, niveau confort, c'est le top du top, c'est tout doux, on ne les sent pas du tout : que du bonheur !
En ce qui me concerne, adoptées à 200 % !

Mais il faut quand même rentrer dans le vif du sujet, et parler pratique.
Là, ça va être un peu moins glamour.
C'est le moment de faire sortir les garçons (ou de vous préparer à les réanimer !)

En ce qui concerne la coupe menstruelle, je la stérilise une fois par mois, en la faisant bouillir quelques minutes dans une casserole d'eau (généralement, juste avant de m'en servir). La semaine où je l'utilise, je la lave à la maison avec du savon pour hygiène intime (j'aime beaucoup celui de Melvita ou de Coslys), mais, au boulot, c'est plus délicat. La plupart des sites recommande d'avoir une petite bouteille d'eau avec soi pour rincer la cup avant de la réutiliser. Mais on peut aussi faire du "nettoyage à sec" : après l'avoir vidée (dans les toilettes, hein...), il suffit de la sécher soigneusement avec du papier toilette avant de la remettre en place. Oui, là, ça commence un peu à ressembler à un épisode de Dexter.

À ce propos... en vrai... c'est pas comme dans les pubs... le "liquide" n'est pas bleu !


C'est d'ailleurs, sans aucun doute, l'inconvénient principal de la coupe et des éponges menstruelles. Si les tampons jetables existent avec applicateur, pour le lavable, j'ai le regret de vous annoncer qu'il faudra utiliser vos ravissants petits doigts... enfin, plutôt les plus longs que le petit, en fait !

Pour l'éponge, le nettoyage à sec n'est clairement pas possible : il faut la rincer et l'essorer ! Donc il vous faut un lavabo. Je ne suis pas sûre qu'une petite bouteille d'eau dans les toilettes suffise. À la maison, pas de problème ; au boulot, si vous avez accès à des toilettes pas trop surbookées, c'est gérable, mais pour une ado qui n'a que la récré au collège ou au lycée, ça peut être plus compliqué. Il reste encore la solution, d'avoir une petite pochette imperméable pour ranger l'éponge utilisée (en
attendant la fin de la journée) et en utiliser une propre à la place. Normalement, trois pour la journée devrait suffire.
Pendant la semaine, je me contente de les laver avec du savon intime comme pour la coupe menstruelle, ce n'est pas impeccable comme nettoyage mais c'est suffisant, et quand la semaine est finie, elle passe à la machine dans un filet de lavage et c'est parfait.

À mon humble avis, il vaut mieux être raisonnable dans l'utilisation des produits nettoyants, et j'éviterais les huiles essentielles servant à désinfecter car je pense que l'équilibre de la flore intime est fragile !

Alors, si je résume, si vous êtes suffisamment à l'aise avec votre corps pour adopter une de ces méthodes, cela vous coûtera entre 15 et 30 € pour une coupe menstruelle qui durera plusieurs années et un peu moins de 15 € pour l'achat de 3 éponges Mensi pour plusieurs mois d'utilisation, contre environ 2 à 3 € pour une vingtaine de serviettes/tampons jetables x 12 mois/an x beaucoup d'années de votre vie !

Si malgré tout, le lavable est trop "nature" à votre goût, ayez tout de même pitié de votre santé future et envisagez les produits jetables plus écologiques comme les tampons et serviettes Natracare par exemple.

Voilà, prenez bien soin de vous les filles ! ;-)

Références :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire